Drôles de petites bêtes 2 à Rennes 2

Le séminaire du Greces-Cellam poursuit ses investigations autour des petites bêtes dans la littérature jeunesse.

Jeudi 28 mars, Catherine Sablonnières dressera un état des lieux de la présence des insectes dans les littératures sud-américaines et espagnoles. Helène Valotteau dressera des ponts entre les petites bêtes d’Antoon Krings et ses inspirateurs. Et Laurence Le Guen se penchera sur la figure de l’entomologiste dans les ouvrages de Thierry Dedieu. 

Pour assister en distanciel : catherine.sablonnière@univ-rennes2.fr

Reprise de notre séminaire

Séminaire du Greces-Cellam : Drôles de petites Bêtes 2.

Pour chaque séance, lien zoom sur demande à : catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr

Jeudi 15 février : 16h-18h, salle L.146.

Catherine Sablonnière (Cellam, Rennes 2) : Etat des lieux : insectes et TSE dans la littérature jeunesse (Espagne/ Amérique).

Jeudi 28 mars : 16h-18h, salle L. 142.

Laurence Le Guen (Greces-Cellam) : Du professeur Tatsu Nagata à Edmond de Garenne, Figures de l’entomologiste dans les albums de Thierry Dedieu.

Hélène Valotteau (Médiathèque Françoise-Sagan) : De Granville à Corentin, les ancêtres et cousins des Drôles de petites bêtes d’Antoon Krings.

Vendredi 5 avril : 15h45-17h45, salle L. 142.

Julia Peslier (ELLIADD, Université de Franche-Comté) : Fourmis d’albums, lisibles, visibles: ce qu’elles découvrent pour nous quand nous les découvrons.  

Myriam Guillevic, Cédric Choplin (Celtic-BLM, université Rennes 2) : Merien : un travail de fourmis.

Journée d’études 12 avril (programme à venir).

“Contes en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie” dans la revue Captures

Copyright MarieLiesse

Contes en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie dans la revue Captures. Figures, théories et pratiques de l’imaginaire, vol. 8, n° 2 .

Sous la direction de Christine Rivalan Guégo et de Laurence Le Guen

Désormais, il n’est plus seulement une fois, mais bien mille fois! 

Que ce soit dans l’édition jeunesse, en littérature pour petits et grands, au cinéma ou au théâtre, les contes patrimoniaux font l’objet de réécritures infinies, dans des genres différents, comme si la matrice initiale était inépuisable.

Ce nouveau numéro de la revue Captures, dirigé par Christine Rivalan Guégo et Laurence Le Guen (Greces-Cellam, U. Rennes 2) explore les déplacements de sens qui résultent de l’illustration de récits pour enfants à l’aide d’un médium associé à l’art, au journalisme, au documentaire. 

Depuis l’invention du médium, les photographes ont en effet investi le patrimoine commun de la littérature et de la culture enfantines pour proposer leurs propres relectures des textes hérités de la tradition orale. Le résultat est des plus étonnant, avec des collages photographiques (Héloïse Huynh), des chiens anthropomorphisés et des poupées démembrées (Christiane Connan-Pintado), des marionnettes (Gyöngyi Pal), une collection de contes superposés à l’actualité la plus immédiate (Christine Rivalan Guégo) ou encore des chats photoshopés (Laurence Le Guen).

Les articles de ce dossier envisagent ces mutations dans des espaces géographiques et des temporalités variés, entre productions hongroise et brésilienne, espagnole et française, mais également entre contes patrimoniaux (Grimm, Perrault, Andersen) et modernes (Lispector, Gink). Chaque analyse interroge les liens entre les œuvres photographiques et ces relectures, questionne les stratégies éditoriales privilégiées au moment de ces réactualisations de l’héritage littéraire et culturel, ainsi que le choix de corpus réédité, ou encore le statut des auteurs et autrices de ces productions. 

La signature visuelle du numéro, assurée par la phoyographe Marie Liesse, accompagne cette plongée dans l’imaginaire du conte par un travail photographique consacré à la reprise et au détournement de quelques-unes de ses figures les plus emblématiques. Un témoignage de l’artiste, sous la rubrique « Document », permet de mieux comprendre sa démarche, tout en proposant un conte photographique inédit. En contrepoint, la section « Variations » ouvre l’enquête aux domaines de la peinture, du cinéma, du théâtre, de l’opéra et du marketing. 

Présentation, par Sylvain David…

Sommaire

Sous la responsabilité de Laurence Le Guen et Christine Rivalan Guégo

C. Connan-Pintado, « Les contes et leurs fantômes dans l’objectif des photographes »

C. Rivalan Guégo, « Contes à la une »

L. Le Guen, « Charles Perrault à l’ère du numérique »

G. Pál, « Les contes photoillustrés de Károly Gink »

H. Huynh, « Métamorphoses d’un conte lispectorien »

Document : M. Liesse, « La photographie au service de l’imaginaire enfantin »

Variations : Contrepoints par C. Connan-Pintado, C. Rivalan Guégo, C. Bailleul, I. Guégo Rivalan, A. Bénard et A. Guillou

Avec des œuvres de Marie Liesse

L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse. Présence, représentations, discours.

Vendredi 10 février, nous recevrons Christiane Connan-Pintado de l’université Bordeaux-Montaigne pour le second volet de notre séminaire consacré aux «Petites Bêtes».

“Abeilles, papillons, fourmis, coccinelles, les insectes ont investi de longue date les livres pour enfants mais leur présence dans ce domaine éditorial n’a pour l’instant fait l’objet, en France, d’aucune étude monographique, comme si ces « vivants minuscules » représentaient la catégorie la plus excentrée de l’animal et du non-humain. L’ouvrage suit un parcours en cinq étapes. La première partie interroge leur présence dans les livres pour enfants, les trois suivantes les recherchent dans certaines catégories littéraires – fables et contes, classiques pour la jeunesse, livres d’images –, la dernière s’attache aux enjeux symboliques de la rencontre entre l’insecte et l’homme. Se pencher sur des êtres si différents et d’une telle diversité invite à questionner aussi bien la condition humaine que la condition animale et les modalités du vivant, devenues aujourd’hui une préoccupation cruciale. L’ensemble de l’ouvrage vise à montrer à quel point le chétif animal qui paraissait au premier chef « pauvre en monde » se révèle finalement, sous la loupe de la littérature, « bon à penser».

http://pubp.univ-bpclermont.fr/public/Fiche_produit.php?titre=L%E2%80%99insecte%20au%20miroir%20des%20livres%20pour%20la%20jeunesse

Lien zoom sur demande auprès de catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr

Les petites bêtes dans la littérature jeunesse. Enjeux éditoriaux, traductions, circulations, éco-critique.

Poursuivant sa réflexion sur la littérature jeunesse et sur l’importance des phénomènes éditoriaux pour en éclairer l’histoire et l’évolution, le GRECES consacre cette année son séminaire aux « petites bêtes » dans la littérature jeunesse.

La compréhension du monde naturel est  un enjeu fort dans un monde soumis au changement climatique qui menace les équilibres politiques, économiques et sociaux actuels. Parmi les leviers possibles pour modifier notre rapport à la « nature », dont Philippe Descola a mis en évidence la complexité et la variété du sens dans Par-delà Nature et Culture (2005), la littérature jeunesse est mobilisée pour éduquer les enfants et les adolescents et modifier leur regard sur les écosystèmes fragilisés par certaines activités humaines (Chansignaud : 2016 et Prince et Thiltges : 2018).

A l’instar des « Portraits de Pays », abondamment publiés après la 2de guerre mondiale afin de promouvoir la compréhension et la paix entre les peuples, les ouvrages actuels sur les animaux visent à faire connaître les petites et grandes bêtes qui peuplent notre monde quotidien ou des espaces plus lointains, afin d’éveiller les consciences des futurs citoyens sur leur importance fondamentale pour les équilibres écologiques. C’est l’une des conclusions de l’ouvrage dirigé par Christiane Connan-Pintado, L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse, paru en 2022, qui rassemble de nombreuses contributions sur la place que l’insecte occupe dans la littérature de jeunesse. L’insecte est une petite bête particulièrement intéressante dans la mesure où sa petite taille permet de créer une certaine altérité avec l’enfant. En développant une réflexion sur la connaissance des insectes et de la nature présente dans les libres pour la jeunesse, sur les genres littéraires et éditoriaux privilégiés (le conte, la fable, le roman, le théâtre, la poésie, le documentaire…) et sur les approches multiples de l’insecte (métamorphose, héroïsation, anthropomorphisation, individuation, écocritique, etc). dans des littératures de différentes époques et pays (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Brésil), cet ouvrage nourrit abondamment la réflexion sur les représentations de l’insecte et ses enjeux et ouvre de multiples champs de recherche encore à explorer.

Le GRECES se penchera sur les « petites bêtes » de toute sorte, le critère déterminant étant leur taille, dans la littérature jeunesse, autour de trois axes complémentaires :

  • un premier axe interrogera les formes et formats éditoriaux, les sources et les emprunts, les circulations d’ouvrages sur les petites bêtes (rôle des traductions) ;
  • un second axe mettra l’accent sur le langage, la taxinomie, les questions de traduction ;
  • un troisième axe sur les représentations nationales et les spécificités culturelles et leur évolution, afin d’interroger l’universalité de la représentation de l’insecte, des petits rongeurs ou d’autres petits animaux propres à des régions singulières et à des écosystèmes uniques et les modalités de transmission vers le public de cette réalité plurielle (vulgarisation, pédagogie, éducation).
  • Enfin, dans une perspective écocritique, un dernier axe, interrogera l’impact des thématiques écologiques dans l’offre de littérature pour la jeunesse.

La réflexion portera autant sur les textes que sur les illustrations des ouvrages du corpus, et s’attachera à mettre en regard les espaces européens et américains entre le XIXe et le XXIe siècles, dans une perspective transatlantique et transséculaire. 

Bibliographie sélective:

Descola Philippe, Par-delà Nature et Culture, Paris, Gallimard, 2005.

Chansignaud Valérie, Enfant et Nature : à travers trois siècles d’œuvres pour la jeunesse, Paris, Delachaux et Niestlé, 2016.

Connan-Pintado Christiane (dir.) L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse, Clermont, Presses universitaires Blaise Pascal, 2022.

Prince Nathalie et Sébastian Thiltges Sébastian (dir.), Éco-graphies. Écologie et littératures pour la jeunesse, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2018.

Le vendredi 20 janvier, pour notre premier rendez-vous, nous recevrons Mathilde Lévêque de l’université Paris Sorbonne Paris Nord et Catherine Sablonnière de l’université Rennes 2.

Prochain colloque du Greces !

Colloque international 9 et 10 mars 2023

1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant

Colloque international, organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, le Fonds patrimonial Heure joyeuse – médiathèque Françoise-Sagan et le laboratoire CELLAM-GRECES de l’Université Rennes 2, avec le soutien de l’Afreloce. https://c.bnf.fr/QWB

Si la littérature pour la jeunesse est fréquemment illustrée de dessins, qu’advient-il lorsque ces illustrations sont des photographies ? Dès la fin du XIXe siècle, à la faveur des développements techniques qui ont facilité l’impression de ce type d’image, la photographie s’est taillée une place de choix dans les livres pour enfants et les ouvrages photographiques se sont multipliés, des abécédaires aux documentaires en passant par les contes de fées, les livres de voyages, les novellisations de films et les livres d’artistes.

En circulant dans les littératures européennes et américaines, de 1860 à nos jours, ce colloque se propose d’explorer les liens étroits entre les livres pour la jeunesse et la photographie. Il entend s’interroger sur les motivations des auteurs de ces ouvrages, mettre à jour les dispositifs phototextuels et examiner comment texte et photographies s’articulent pour faire sens pour un jeune lecteur.

Ce colloque international se propose d’accueillir les réflexions des acteurs de la chaine du livre, photographes, écrivains, éditeurs mais aussi bibliothécaires et libraires ainsi que les analyses de chercheurs de différents horizons disciplinaires.

Entrée gratuite sur inscription

Jeudi 9 mars 2023

Bibliothèque nationale de France

Site François-Mitterrand, Petit auditorium, Quai François Mauriac – 75013 Paris

Vendredi 10 mars 2023

Médiathèque Françoise-Sagan 8 rue Léon Schwartzenberg 75010 Paris

Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse Quai François-Mauriac 75 706 Paris Cedex 13

Tél : 01 53 79 57 06

http://cnlj.bnf.fr

Jeudi 9 mars, BnF – Petit auditorium

9h             Accueil

9h30         Ouverture

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France (sous réserve)

9h45         Conférence inaugurale

Michel Defourny, maître de conférences honoraire à l’Université de Liège

Photolittérature de famille

Présidente de séance : Marine Planche, adjointe au responsable du Centre national de la littérature pour la jeunesse

10h30       Josephine Peary : le récit colonialiste dans l’autobiographie photo-illustrée pour les enfants, Paul Edwards, Université de Paris cité

11h00       Questions et pause

11h15       Albums de famille : quand la photolittérature pour enfants écrit le roman familial, Laurence Le Guen, Université Rennes 2-CELLAM

11h45       Representations of Photographs in Children’s Literature : A Different Kind of Photoliterature, Alya Farzana Shamshul Ariffin, University of York

12H15 Questions 12h30 Déjeuner libre

13h30       Visite d’une exposition à la Réserve des livres rares (sur inscription)

Grandes figures

Présidente de séance : Mathilde Levêque, maîtresse de conférences à l’Université Sorbonne Paris Nord, présidente de l’Afreloce

14h           Living images : Bruno Munari’s photograpy projects for children Marnie Campagnero, Université de Padova

14h30       Les albums de Tana Hoban : à la croisée des recherches graphiques des années 1970 Dominique Versavel, BnF/département des Estampes et de la photographie

15h           Le patrimoine photographique dans le livre pour enfants : l’exemple de la collection « Révélateur » Ivanne Rialland, Centre Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, Université Paris-Saclay

15h30       Questions et pause

15h45       Table ronde : La médiation auprès des enfants

Table ronde animée par Laurence Le Guen, avec :

Yveline Loiseur, autrice

Elisabeth Lortic, formatrice, co-fondatrice des Trois Ourses

Daniela Matiz Borda, responsable de la médiation culturelle à la Maison de la photographie Robert Doisneau

Andrea Eichenberger, photographe et médiatrice culturelle

16h45       Questions

17h           Visite d’une exposition à la Réserve des livres rares (sur inscription)

Vendredi 10 mars 2023, Médiathèque Françoise-Sagan

9h15         Ouverture,

Marie Robert, directrice de la médiathèque Françoise-Sagan

Apprendre par la photographie

Présidente de séance : Hélène Valotteau, responsable du pôle jeunesse et patrimoine de la médiathèque Françoise- Sagan

9h30   Enfants d’images : photographie, enfance et universalisme dans les années 1950, Guillaume Blanc, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

10h ,Grandeur et décadence de la photographie dans les albums documentaires pour la jeunesse, Florence Gaiotti, INSPE Hauts de France

10h30 Les imagiers photographiques : miroir du monde ou monde à part ?Éléonore Hamaide-Jager, Université de Lille

11h Consommation d’images par les plus jeunes dans la culture remix, Gyöngyi Pal, Université Mate, Hongrie

11h30       Questions et pause

11h45       Table ronde : créer et éditer aujourd’hui

Table ronde animée par Norela Feraru, Université Rennes 2-CELLAM, avec :

Francine Bouchet, La Joie de lire

Claire Dé, autrice

Isabelle Gil, autrice

12h45       Déjeuner libre

Grands thèmes de la littérature pour la jeunesse

Présidente de séance : Marie Robert, directrice de la médiathèque Françoise-Sagan

14h30  Regards sur l’enfance : les contes d’Andersen au prisme de la photolittérature, Christiane Connan-Pintado, Université de Bordeaux

15h  Images de la docilité animale ou la pédagogie morale d’Harry Whittier Frees, Vincent Lavoie, Université du Québec

15h30  Questions et pause

15h45  Table ronde : Archives et patrimoine

Table ronde animée par Laurence Le Guen, avec :

Françoise Denoyelle, professeure des universités émérite et commissaire d’exposition

Francine Deroudille, Atelier Robert Doisneau

Yves Mestrallet, éditions MeMo

16h45       Questions

17h           Clôture

17h           Visite guidée de l’exposition « Lire l’enfance avec les éditions MeMo »

Informations pratiques

Jeudi 9 mars 2023

Bibliothèque nationale de France

Site François-Mitterrand, Petit auditorium, Quai François Mauriac – 75013 Paris

RER C et Métro Ligne 14 – Bibliothèque François- Mitterrand

>> Plan d’accès

Vendredi 10 mars 2023

Médiathèque Françoise-Sagan

8 rue Léon Schwartzenberg – 75010 Paris Métros : Lignes 4, 5, 7 – Gare de l’Est

Bus : 32 – Faubourg Saint-Denis

>> Plan d’accès

Portraits de pays dans les collections jeunes publics dans la revue Textimage

Dossier issu de deux journées d’étude organisées à l’université Rennes 2 en mars 2020 et 2021 par le groupe de recherche Greces-Cellam.

Extrait de l’introduction :

“Du récit de voyage imaginaire du début du XXe siècle aux documentaires fictionnels des années 1950 ou ceux d’aujourd’hui, le genre du « portrait de pays » forme une importante catégorie de la littérature pour la jeunesse, même si ce terme est encore peu usité pour désigner ces ouvrages qui présentent, directement ou indirectement, des territoires. Il s’agit d’ouvrages destinés aux enfants pour mettre en livre le monde, dire l’espace et la spatialité, décrire l’ici et l’ailleurs, par le texte et/ou par l’image, par la fiction ou le documentaire, par la photographie ou l’illustration graphique. Ces livres, majoritairement rassemblés sous formes de collections déterminées, proposent une « connaissance du monde », conjuguent la notion de spatialité avec celles de pays, au sens large de l’acception du mot, d’identité nationale ou régionale et d’altérité. Ces séries ont souvent été pensées pour faire connaître la vie d’enfants d’ailleurs, avec l’intention de contribuer à la paix entre les peuples tout particulièrement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Prenant en quelque sorte la suite des études sur les « Portraits de Pays » en photolittérature, initiés par David Martens et Jean-Pierre Montier notamment, ce dossier explore les « Portraits de Pays » dans les collections éditoriales à destination de la jeunesse.

A partir d’un panorama d’ouvrages tirés d’espaces géographiques et de temporalité différents, les articles de ce dossier questionnent le portrait de pays pour la jeunesse sous l’angle de son histoire, de sa matérialité, de ses évolutions et variations, de sa représentation, de sa circulation et de sa réception. Il tente d’esquisser une généalogie du genre et de dégager les marqueurs génériques de cette production destinée à la jeunesse. L’utilisation d’un patrimoine iconographique questionnant la génétique de ces œuvres, les analyses présentées portent également sur les liens complexes entre le texte et l’image, afin d’approcher un « portrait » de pays qui partage avec les arts visuels de nombreux points de convergence et examinent comment s’articulent dans ces portraits les relations entre textes et images, dessinées ou photographiques. Ces analyses ambitionnent également de mesurer la logique de collection – de nombreuses séries déclinant pour chaque titre, le quotidien d’un enfant dans un pays différent – et l’impact de la mise en série tant du côté des auteurs et autrices que de celui des lecteurs et lectrices.”

La suite est à lire en ligne sur la revue Textimage de l’automne : http://revue-textimage.com/conferencier/sommaire/12_sommaire.html

“1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant”, lancement de l’appel à communication

Colloque international 9 et 10 mars 2023. Appel à communication.

En 1996, la Joie par les livres proposait une journée d’étude consacrée à la photographie dans le livre pour la jeunesse et la Revue des livres pour Enfants publiait à cette occasion, dans son numéro 168-169, un dossier intitulé : « La photographie dans les livres pour enfants : une approche sensible ».

En 2001, la Bibliothèque des enfants et des jeunes La Joie par les livres à Clamart accueillait  l’exposition Flash sur les livres de photographies pour enfants et son catalogue-répertoire offrait un coup de projecteur sur les premières éditions d’une centaine d’albums de photographies, des années 1920 à nos jours.

En 2012, le Fonds patrimonial Heure joyeuse, depuis conservé à la médiathèque Françoise-Sagan, organisait l’exposition L’enfant et la photographie qui mettait en évidence l’évolution au cours du temps de la représentation de l’enfant et de la place de la photographie d’auteur dans les livres qui lui sont destinés.

Depuis lors,études, expositions, colloques internationaux, rencontres, mémoires, thèse de doctorat et ouvrages  grand public concourent à poursuivre la réflexion autour de cette production, désormais baptisée « photolittérature»  et couvrant le territoire dans lequel sont agencés art de la photo et texte littéraire. Parallèlement, au cours des deux décennies écoulées, les éditeurs ont multiplié, dans un bouillonnement créatif, le nombre d’albums qui intègrent la photographie, devenue par ailleurs omniprésente dans la vie quotidienne.

Le colloque « 1, 2, 3… regarde ! la photo, le livre, l’enfant » organisé conjointement par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, la médiathèque Françoise-Sagan et le laboratoire CELLAM-GRECES de l’Université Rennes 2, entend accueillir des contributions portant sur l’histoire de cette littérature photographique, du 19ème siècle à nos jours, et à travers le monde. Ce genre largement diffusé, particulièrement prisé des enfants, est pourtant longtemps demeuré méconnu, noyé sous d’autres appellations, malgré la diversité des productions et les collaborations célèbres.

Le colloque a également vocation à accueillir des analyses portant sur les dispositifs mis en place au cœur de ces publications, examinant comment photographe, écrivain et éditeur se répartissent l’auctorialité et portant sur les procédés photographiques associés aux textes des écrivains.

Au cours de ces deux journées, les contributions permettront de réaliser un parcours au cœur des diverses catégories de cette photolittérature pour la jeunesse afin d’en redéfinir les contours, des abécédaires aux livres d’artistes, en passant par les documentaires, les romans ou les contes de fées, les livres tirés de films ou les portraits de pays.

Le colloque entend se faire également l’écho des combats des photographes et des nombreuses difficultés rencontrées par les créateurs de façon plus générale pour faire accepter des livres par des éditeurs ou par des passeurs de livres. Les prescripteurs sont souvent frileux à l’égard de la photographie, parfois condamnée à quelques notables exceptions près. Elle serait jugée trop pauvre ou trop réaliste, peu porteuse sur le plan de l’imaginaire, peu chargée sur le plan symbolique et peu créative sur le plan artistique, peu lisible par les plus jeunes. Il s’agira donc aussi de dresser un état de la critique et de tenter de mesurer la réception des images photographiques par les enfants eux-mêmes. 

Enfin, le colloque examinera des dispositifs mis en place pour conserveret valoriser des fonds d’ouvrages photolittéraires, des institutions muséales aux bibliothèques, des politiques de numérisation à la conception d’exposition en passant par les entreprises de réédition du patrimoine permettant de redécouvrir ces œuvres riches et passionnantes, souvent pleines d’audace, mises devant les yeux et dans les mains d’un enfant.

Bibliographie

Photolittérature

Bibliothèque de La Joie par les livres, Flash sur les livres de photographies pour enfants : des années 1920 à nos jours, Paris, Fédération française de coopération entre bibliothèques, 2001.

Edwards, Paul, Soleil Noir. Photographie & Littérature, Rennes, PUR, 2008.

Edwards, Paul, Perle noire – le photobook littéraire, Rennes, PUR, 2016.

Le Guen, Laurence, Littératures pour la Jeunesse et Photographie, mise à jour et étude analytique d’un corpus éditorial européen et américain, des années 1860 à aujourd’hui, thèse, 2019.

Le Guen, Laurence, 150 ans de livres photolittérature pour les enfants, MeMo, 2022.

Le Guen, Laurence, 150 ans de livres photo-illustrés pour enfants, conférence du CNLJ https://cnlj.bnf.fr/fr/page-editorial/conf-rences-du-cnlj-genres-litt-raires

Montier, Jean-Pierre (dir.), Louvel Liliane, Méaux Danièle, Ortel Philippe (dir.), Littérature et Photographie, Colloque de Cerisy, Rennes, PUR, 2008.

Montier, Jean-Pierre (dir.), Transactions photolittéraire, Rennes, PUR, 2015.

Montier, Jean-Pierre, A l’œil, Textes et images en littérature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

Ortel, Philippe, La Littérature à l’ère de la photographie, Nîmes, Jacqueline Chambon, 2002.

Pal, Gyöngyi, Le dispositif photo-littéraire en France dans la seconde moitié du XXème siècle. Saarbrücken, Éditions Universitaires Européennes, 2010. [Thèse accessible en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00481329/document]

Phlit, répertoire de la photolittérature ancienne et contemporaine [En ligne]. Disponible sur : http://www.phlit.org/

Thélot, Jérôme, Les inventions littéraires de la photographie, Paris, PUF, 2003.

Wattenberg, Jane, « Picturebooks and photography », The Routledge Companion to Picturebooks, Routledge, 2018.

White, Mus, From the mundane to the magical : photographically illustrated children’s books, 1854-1945 and beyond, Los Angeles, Dawson’s Book Shop, 1999.

Bibliographie complémentaire du CNLJ : La photographie dans les livres jeunesse https://cnlj.bnf.fr/sites/default/files/bibliographies/photographie_livres_jeunesse.pdf

Livres tirés de films

Baetens, Jan, La novellisation = Novelization : du film au roman from film to novel. Symbolae Facultatis Litterarum Lovaniensis Series D Litteraria 17, Leuven, Leuven University Press, 2004.

Le Guen, Laurence « Vengeance et châtiment dans l’univers des livres pour enfants, l’exemple des contes visuels d’Albert Lamorisse », MuseMedusa, n°8,

http://musemedusa.com/dossier_8/le_guen/

Le Guen, Laurence, « Du poème filmique au livre illustré de photographies, les films d’Albert Lamorisse », collection « Texte-Image », Académia, Louvain-la-Neuve

Portraits de pays

Martens, David, « Portraits phototextuels de pays. Jalons pour l’identification d’un genre méconnu », Communication et Langages, 4 (202), 3-24, 2019.

Martens, David, Reverseau, Anne, Pays de papier les livres de voyage, préface de X. Canonne, musée de la photographie, Charleroi, 2019

Le Guen, Laurence, « Abolir les frontières en littérature jeunesse : la tentative des albums photographiques des années 50 à travers l’exemple d’Horoldamba le petit Mongol, Revue Strenae, http://journals.openedition.org/strenae/1670

Le Guen, Laurence « De l’album photographique pour adultes au docu-fiction pour la jeunesse, la reprise et la circulation des images dans les années 50 », Images d’un pays. Circulation iconographique et identités nationales / Image&Narrative juin 2021

Lemarchant, Frédérique, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire », Strenæ [En ligne], 8 | 2015

Meunier, Christophe, « Construire une géographie pour les enfants des années 1960-1970. La collection « Les Enfants du monde » de Dominique Darbois », Géocarrefour, 2019, 93.

Enseignement par les yeux

Lavie, Juliette, ALPHABET d’Emmanuel Sougez : une œuvre manifeste, https://www.revue-textimage.com/04_a_la_lettre/lavie1.html

Lefebvre, Sylvie, « Hors du nid de Ch. Ab der Halden, un réel transposé », Le roman scolaire entre littérature et pédagogie, Arras, Cahiers Robinson, n°29, 2011.

Lugon, Olivier « Nouvelle Objectivité, nouvelle pédagogie », Études photographiques, 19 Décembre 2006http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/1232

Priem, Karine, « Facts for babies: visual experiments at the intersection of Art, science and consumerism in education Sisyphus», Journal of Education, 2015, https://revistas.rcaap.pt/sisyphus/article/view/7716

Renonciat, Annie ; Simon-Oikawa, Marianne, La pédagogie par l’image en France et au Japon : [journée d’études organisée par le Centre d’étude de l’écriture et de l’image, Université Paris Diderot, à l’Institut national d’histoire de l’art, le 17 mars 2007], « Interférences », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

Littérature patrimoniale

Le Guen, Laurence, « Quand la photographie nous fait accéder au « petit théâtre de l’enfance », Alice in Wonderland par Suzy Lee », Revue de Photolittérature n°2

Leplatre, Olivier, « Pli des temps et refuge des images : travail du montage dans Le Petit Chaperon rouge re-conté par Sarah Moon », Polysèmes [En ligne], 18 | 2017

Pintado, Christiane ; Tauveron, Catherine, Fortune des contes des Grimm en France : formes et enjeux des rééditions, reformulations, réécritures dans la littérature de jeunesse, « Mythographies et sociétés », Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2013.

Figurines et animaux

Le Guen, Laurence, « Alexis Peiry et Suzi Pilet, les « Histoires d’Amadou » en partage », Revue internationale de photolittérature n°3 http://phlit.org/press/?post_type=articlerevue&p=3333

Le Guen, Laurence, « Sac à Tout de Séverine, récit-photo pour enfants en 1903 », revue Contemporary French Civilisation https://online.liverpooluniversitypress.co.uk/loi/cfc

Oberhuber, Andrea, « Le Cœur de Pic de Lise Deharme et Claude Cahun : album pour enfants ou recueil poïétique surréaliste ? », http://lisaf.org/project/deharme-lise-coeur-de-pic-2/

Perrigault, Laurence, « Un livre de photographies destinés aux enfants, Le Petit Lion, de Jacques Prévert et Ylla », La Revue des livres pour enfants, 2006.

Comité d’organisation

Agnès Bergonzi (BnF/CNLJ)

Norela Feraru (Université Rennes 2-CELLAM)

Laurence Le Guen (Université Rennes 2-CELLAM)

Virginie Meyer (BnF/CNLJ)

Christelle Moreau (médiathèque Françoise-Sagan/Fonds patrimonial Heure joyeuse)

Marine Planche (BnF/CNLJ)

Hélène Valotteau (médiathèque Françoise-Sagan/Fonds patrimonial Heure joyeuse)

Comité scientifique

Agnès Bergonzi (BnF/CNLJ)

Norela Feraru (Université Rennes 2-CELLAM)

Laurence Le Guen (Université Rennes 2-CELLAM)

Mathilde Lévêque (Université Sorbonne Paris Nord, Afreloce)

Virginie Meyer (BnF/CNLJ)

Gyongyi Pal (Université Mate, Hongrie)

Carine Picaud (BnF/Réserve des livres rares)

Marine Planche (BnF/CNLJ)

Christine Rivalan Guégo (Université Rennes 2)

Marie Robert (médiathèque Françoise-Sagan)

Hélène Valotteau (médiathèque Françoise-Sagan/Fonds patrimonial Heure joyeuse)

Dominique Versavel (BnF/département des Estampes)

Modalités

Le colloque est ouvert à l’international.

Les langues du colloque seront le français, l’anglais et l’espagnol.

Vous êtes invités à soumettre par courriel au plus tard le 12 septembre 2022 une proposition de communication (1000 à 1500 signes), d’une durée de 20 minutes, accompagnée d’une courte bio-bibliographie aux adresses : marion.caliyannis@bnf.fr et leguenlaurence@gmail.com

Les frais de déplacement et d’hébergement sont à la charge des intervenants.

Les communications seront enregistrées afin d’être éventuellement mises en ligne sur le site de la BNF et ceux de ses partenaires.

La publication d’une sélection de textes est prévue suite à ce colloque.

Sur le site de la BNF https://cnlj.bnf.fr/sites/default/files/appel-communication-colloque-photolitterature-2023.pdf

De l’autre côté du miroir, portraits croisés de Bretagne et de Galice dans la littérature jeunesse, vendredi 8 mars

Prenant en quelque sorte la suite des études sur les « Portraits de Pays » en photolittérature, initiés par David Martens et Jean-Pierre Montier notamment, le GRECES s’est penché depuis deux ans sur les « Portraits de Pays » dans les collections éditoriales et en particulier dans les collections jeunesse. Outre les rencontres régulières du séminaire, qui permirent d’explorer des regards transversaux et complémentaires sur le « genre », de partager les approches de l’éditeur au chercheur en passant par le libraire,  l’organisation de deux journées d’étude a permis d’esquisser une généalogie du genre, d’en interroger  les marqueurs de généricité et d’apprécier l’impact de la mise en collection sur les auteurs et les lecteurs. Les communications présentées ont également porté sur les liens complexes entre le texte et l’image, afin d’approcher un « portrait » de pays qui partage avec les arts visuels de nombreux points de convergence. Du récit d’aventure au manuel scolaire, de l’album illustré au documentaire, de nombreux formats aux objectifs contrastés ont fait l’objet d’une analyse interrogeant à la fois leur processus de création et de réception.

Cette année, pour conclure le cycle de rencontres autour de cette thématique, le GRECES invite à se pencher sur les portraits de la Bretagne et de la Galice dans la littérature jeunesse. Les similitudes de statut de ces espaces, sur le plan géographique et culturel, permettent en effet d’oser une approche comparative de la manière dont Bretagne et Galice sont peintes et dépeintes dans la littérature jeunesse. On s’interrogera sur l’importance de la production d’ouvrages et de collections sur ces espaces et territoires, à la fois de manière quantitative et qualitative, et sur la manière discursive d’envisager, de caractériser, de transmettre et de percevoir une différence que certains considèrent comme étant intrinsèque. Une attention particulière sera donnée au dialogue entre textes et images, chacun étant le reflet d’héritages aux origines parfois confuses, celui d’un romantisme latent ou d’une « celtitude » érigée en stéréotype. Enfin, l’accent sera mis sur la réception de ces ouvrages : qui lit ces albums, manuels, contes et récits ? Le lectorat est-il avant tout régional ? S’agit-il de se reconnaître ou de connaître des espaces chargés de multiples symboles ? Comment la communauté qui défend les cultures propres à la Bretagne et à la Galice réagit-elle face à ces portraits de pays, et s’en empare pour partager avec les enfants une culture visuelle et textuelle à laquelle elle s’identifie ?

Salle 510 ou en visio.

Contact pour le lien : catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr

Programme :

9h30 ouverture et présentation de la littérature jeunesse en Bretagne et en Galice aujourd’hui.

10h-10h25 Christine Rivalan Guégo Pas de cousine pour Bécassine? Coups d’œil croisés sur quelques représentations de la Bretagne et de la Galice en littérature jeunesse.

10h25-10h50: Catherine Sablonnière  Albums de mer, de terre et en chapeaux ronds : images de la Bretagne et la Galice en couverture d’albums de LIJ française et espagnole.

10h50-11h15 Myriam Guillevic-Cédric Choplin (Celtic-BLM, université Rennes2) 

Comment décrire les paysages bretons dans la littérature de jeunesse en langue bretonne au début du XXIe siècle ?

11h15-12h : Discussion.

Pause

14h-14h25 Alexia Dotras Bravo La literatura popular gallega en el álbum ilustrado contemporáneo.

14h25-14h50 Anxela Gracian (doctorante, université de Vigo) Identité et la littérature jeunesse en Galice ». en visio

14h50-15h10 Discussion

15h10-16h Table ronde avec deux autrices de littérature de jeunesse.

Teresa Gonzalez Costa (écrivaine , théâtre et LIJ galicienne) en visio

Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

En 1869, Jules Alexandre Marinier réalise 6 vues stéréoscopiques du Petit Chaperon rouge. En 1893, Mary Ann Bartlett photographie ses enfants pour illustrer son recueil de comptines et fabulettes anglo-saxonnes Mother Goose 93, offrant ainsi un nouveau visage à Georgie Porgie et Little Miss Muffet. Dans les années 1930, à Sydney, la Cinesound Productions Ltd. propose une nouvelle version du conte Boucle d’or et les trois ours, avec des photographies de trois koalas. Dans les années 1980, Sarah Moon plonge son Chaperon rouge dans les rues sombres d’une ville moderne, William Wegman habille ses chiens pour figurer Cendrillon et ses demi-sœurs et en 1998 les éditions Passage Piétons donne à la comptine Promenons nous dans les bois un décor très urbain.

Depuis l’invention du médium, les photographes ont investi le patrimoine commun de la littérature et de la culture enfantines pour proposer leurs propres « illustrations », « re-créations », « interprétations », « relectures » des rhymes, formulettes et contes hérités de la tradition orale.

Cette journée d’étude ambitionne ainsi de rassembler des études portant sur ces ouvrages européens et américains inscrits dans un réseau de créations autour d’œuvres patrimoniales. Nous nous demanderons comment elles deviennent des œuvres à part entière et comment elles font lien avec celles qui les ont précédées. Nous questionnerons les stratégies éditoriales privilégiées au moment de ces réactualisations de l’héritage littéraire et culturel, ainsi que le choix de corpus réédité. Nous examinerons comment l’usage de la photographie reconfigurent le récit et les personnages. Enfin, nous tenterons d’évaluer comment l’illusion de réalité que la photographie porte en elle influe sur la réception de ces créations.

Vendredi 11 mars, Université de Rennes 2.

9 h 00 : Ouverture de la journée.

9 h 15 : Christiane Connan-Pintado (U. Bordeaux) : Les contes et leurs fantômes dans l’objectif de la photographie. Album pour la jeunesse et art contemporain.

9 h 40 : Christine Rivalan-Guégo (U. Rennes 2) : Contes à la une. L’actualité au miroir des contes.

10 h 05 : Caterina Ramonda (Bibliothèques Italiennes) : Traces de contes. Des couvertures de romans jeunesse aux grands écrans.

10 h 30 : Questions.

10 h 50 : Rencontre avec Marie-Liesse de Bellescize, photographe de Le jour où je serai grande, une histoire de Poucette,  avec Timothée de Fombelle.

12 h 00 : Pause

14 h 00 : Gyongy Pal (U. Kaposvár) : Les contes photo-illustrés de Karoly Gink.

14 h 25 : Héloïse Huynh (U. Montréal ) : Renouvellements artistiques dans A mulher que matou os peixes de Lispector et Valente : innovations du collage photographique.

14h 50 : Questions

15 h 10 : Laurence Le Guen (U. Rennes 2) Le chat botté chapeauté photoshopé de Frank Horvat

15 h 35 : Jane Wattenberg : Chickabunga! The Sky Is Falling! Photo-illustrated re-tellings of famous old tales.

15 h 50 : Questions

16h 15 : Bilan et fin de la journée

Salle P510

Organisation :

Laurence Le Guen Laurence.leguen@univ-rennes2.fr

Christine Rivalan-Guégo christine.rivalan-guego@univ-rennes2.fr

Catherine Sablonnière catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr

Certaines interventions sont programmées en zoom. Lien auprès de Laurence le Guen

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search