Journée d’étude

Contes et comptines en habits neufs, la littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie, 11 mars 2022

En 1869, Jules Alexandre Marinier réalise 6 vues stéréoscopiques du Petit Chaperon rouge. En 1893, Mary Ann Bartlett photographie ses enfants pour illustrer son recueil de comptines et fabulettes anglo-saxonnes Mother Goose 93, offrant ainsi un nouveau visage à Georgie Porgie et Little Miss Muffet. Dans les années 1930, à Sydney, la Cinesound Productions Ltd. propose une nouvelle version du conte Boucle d’or et les trois ours, avec des photographies de trois koalas. Dans les années 1980, Sarah Moon plonge son Chaperon rouge dans les rues sombres d’une ville moderne, William Wegman habille ses chiens pour figurer Cendrillon et ses demi-sœurs et en 1998 les éditions Passage Piétons donne à la comptine Promenons nous dans les bois un décor très urbain.

Depuis l’invention du médium, les photographes ont investi le patrimoine commun de la littérature et de la culture enfantines pour proposer leurs propres « illustrations », « re-créations », « interprétations », « relectures » des rhymes, formulettes et contes hérités de la tradition orale.

Cette journée d’étude ambitionne ainsi de rassembler des études portant sur ces ouvrages européens et américains inscrits dans un réseau de créations autour d’œuvres patrimoniales. Nous nous demanderons comment elles deviennent des œuvres à part entière et comment elles font lien avec celles qui les ont précédées. Nous questionnerons les stratégies éditoriales privilégiées au moment de ces réactualisations de l’héritage littéraire et culturel, ainsi que le choix de corpus réédité. Nous examinerons comment l’usage de la photographie reconfigurent le récit et les personnages. Enfin, nous tenterons d’évaluer comment l’illusion de réalité que la photographie porte en elle influe sur la réception de ces créations.

Portraits de pays dans les collections jeunes publics (Europe/Amériques, XIXè-XXIè siècles), 19 mars 2021

Ouverture : Christine Rivalan-Guégo (professeure, GRECES/CELLAM) et Laurence Le Guen (Docteure, Chercheuse associée/CELLAM)

David Martens, professeur KU Leuven, « Le portrait de pays pour jeunes publics, considérations spéculatives »

Simona Gennaro, doctorante Université de Palerme, co-tutelle Paris 13, « Les docu-fictions Français d’ailleurs, éditions Autrement jeunesse et Casterman »

Gyongyi Pal, MDC Université de Kaposvár, Hongrie, « Portraits de pays en littérature jeunesse hongroise »

Elina Druker, professeureUniversité de Stockholm,  « Idéologie et exotisme – Anna Riwkin et la collection de livres photo-illustrés « Children’s Everywhere »

Saad Bouri, directeur des éditions du Jasmin, « Dresser le portrait de pays d’ailleurs par les contes, la collection Contes d’orient et d’Occident »

Caterina Ramonda, référente de la Commission nationale Biblioteche Ragazzi, Italie, « Regarder le monde dans la presse et les collections pour la jeunesse italienne des années 60 et 70 ».

Alexa Craïs, MDC Université de Toulouse, « l’Allemagne du XXIe au prisme des albums de jeunesse de la série Loslesen des éditions Klett-Kinderbuch – un nouveau pays de cocagne ? »

Portraits de pays dans les collections jeune public (Europe/Amériques, XIXè-XXIè siècles), 11 mars 2020

OUVERTURE Gaïd Le Maner Idrissi, vice-présidente à la recherche.

Du récit de voyage imaginaire du début du XXe siècle aux
documentaires fictionnels des années 1950 ou ceux d’aujourd’hui,
le genre du « portrait de pays » forme une importante catégorie de
la littérature pour la jeunesse, même si ce terme est encore peu
usité pour désigner ces ouvrages qui présentent, directement ou
indirectement, des territoires. Il s’agit d’ouvrages destinés aux
enfants pour dire l’espace et la spatialité, décrire l’ici et l’ailleurs,
par le texte et/ou par l’image, par la fiction ou le documentaire, par
la photographie ou l’illustration graphique.
Ces livres, majoritairement rassemblés sous formes de collections
déterminées, proposent une « connaissance du monde »,
conjuguent la notion de spatialité avec celles de pays, au sens large
de l’acception du mot, d’identité nationale ou régionale et d’altérité.
Ces séries ont souvent été pensées pour faire connaître la vie
d’enfants d’ailleurs, avec l’intention de contribuer à la paix entre les
peuples. Avec le temps, ces intentions ont évolué vers de nouvelles
préoccupations (construction européenne, écologie, solidarité …).
Au cours de cette journée d’étude, il s’agira d’abord de dégager les
marqueurs de généricité du genre et de démontrer qu’il y a bien
une conscience générique de ces ouvrages chez leurs créateurs.
Nous tenterons ensuite de mesurer l’importance de la logique de la
collection et de la série dans ces productions. Nous envisagerons
également d’étudier comment s’articulent dans ces portraits les
relations entre textes et images. Il s’agira enfin de tenter de poser
les balises d’une histoire des portraits de pays jusqu’à aujourd’hui et
pour ce faire nous observerons aussi des collections plus
spécifiques, celles des manuels de langue étrangère à destination
d’élèves du secondaire.

Introduction de la journée d’étude, Laurence Le Guen, Christine Rivalan Guégo,
Catherine Sablonnière.

CONSTRUIRE UNE IDENTITÉ
Christophe Meunier (université de Tours).
Construire un capital géographique, l’exemple de la collection « This is the…
World » de Miroslav Sasek.


Christine Rivalan Guégo (université Rennes2).
Un pays peut en cacher un autre. Les petits Espagnols dans la série Le Monde des Éditions Piccoli.

Denis Rodrigues (université Rennes2).
Portraits de l’Espagne et de l’Amérique latine dans quatre collections de manuels scolaires (1970-1980).

Simon Roguet (librairie M’Lire, Laval).
Quels ouvrages chez quels éditeurs aujourd’hui ? Qui sont les lecteurs ?

RENCONTRE avec Lily Franey, photographe, Bibliothèque universitaire.


DIVERSITÉ DE PRODUCTION
Eléonore Hamaide-Jager et Florence GaioI (université d’Artois).
Portrait de pays en collection jeunesse dans le fonds du CRILJ (1980-2010).


CONSTRUIRE DES PORTRAITS DE PAYS POUR ENFANTS : L’IMAGE AU CŒUR

Catherine Sablonnière (université Rennes2).
De l’exploration d’horizons lointains à la découverte des sociétés
contemporaines dans les bibliothèques « de instrucción y de recreo » en Espagne (1867-1930), entre collections populaires et collections jeune public.

Laurence Le Guen (université Rennes2).De la collection « Children of all lands stories » aux « Enfants du Monde » : peindre le portrait de l’ailleurs en photographies et en mots

VERNISSAGE de l’exposition Lily Franey à la Galerie la Chambre Claire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search